Méditer, Prier

Méditer, Prier  

Pour la Méditation et les pratiques spirituelles

       On ne peut évoquer les divers usages de l'encens sans prendre en compte sa dimension spirituelle, religieuse et sacrée.

 

L'encens est omniprésent dans l'histoire des religions


Aussi loin que nous puissions remonter dans l'Histoire ou que l'on étudie les pratiques spirituelles anciennes et contemporaines, la présence de l'encens est universelle. Cet usage millénaire et multiculturel est  riche de multiples nuances mais il s'inscrit toujours dans une dimension spirituelle.
 

<

Néolithique et Antiquité

L'usage de l'encens est attesté dans toutes les grandes civilisations du néolithique, vers 4000 ans avant J.-C. et on a découvert des brûle-parfums datant de plus de 6000 ans. On utilisait couramment l'encens en Mésopotamie, en Egypte, en Méditerranée orientale et également en Extrême orient, par exemple en Inde ou en Chine. On retrouve son usage chez les peuples précolombiens comme les Mayas 2 000 ans plus tard. 

Dès le néolithique, les fumigations de matières aromatiques revêtent une dimension de transcendance de la condition humaine et une forme de communication invisible mais sensible entre la terre des Hommes et le ciel des Dieux. 

L'Homme considérait les matières aromatiques comme une manifestation divine et utilisait celles-ci dans toutes les occasions où il s'adressait aux dieux. C'était bien-entendu le cas également dans les rites funéraires.

L'Egypte ancienne est connue pour l'importance que revêt la communication avec l'au-delà dans la vie de tous les jours. Il n'y avait pas alors de célébration liturgique sans son encens.  Les prêtres préparaient un encens appelé Sonter composé de résines de térébinthe, d'oliban et de myrrhe. Cet encens était frotté quotidiennement sur les statues des dieux pour "les éveiller", tel "un souffle de vie". Il était également respiré par les prêtres et les fidèles par fumigation. Une "offrande trinitaire" de fumée était préparée quotidiennement par les prêtres : le matin à base d'oliban, le midi de myrrhe et le soir sous forme d'une préparation de résines et d'aromates nommée Kyphi. 

Dans le monde grec ancien, les encens accompagnaient les sacrifices rituels. Les encens sous forme d'aromates et de résines étaient jetés dans le feu des sacrifices : aux dieux les parfums d'encens, nourriture céleste qui donne l'immortalité (ambroisie, nectar), aux hommes la consommation de viande grillée. Ce partage rituel par le feu dérobé au ciel par Prométhée, consacre le statut divin des parfums d'encens. Les plantes aromatiques prennent une enveloppe divine, tel que cela est raconté dans des mythes. Par exemple, l'arbre à encens est l' incarnation de Leucothoé la fille du roi des Perses, séduite par Hélios, ou l'arbre à myrrhe est l'incarnation de Myrrha, fille du roi d'Assyrie, qui donne naissance à Adonis. Chez les anciens grecs, le parfum d'encens est d'essence divine. C'est l'odeur qu'exhalent les dieux et celle qui les nourrit. C'est le moyen pour les hommes de se rapprocher des divinités et d'accéder à une dimension transcendantale. 

<

Cultes monothéïstes

Plus tard, les cultes monothéistes ont dévolu à l'encens une fonction de passerelle vers le divin. Là encore sa présence est nécessaire et omniprésente.
L'encens est "L'escalier du ciel" selon les anciens Hébreux. Dans le Judaïsme, l'encens revêt également une fonction d'offrande et de purification (onction de l'autel et des statues). Les écritures religieuses de cette époque en attestent dans de nombreux passages qui décrivent précisément les pratiques liturgiques de sa préparation. L'odeur de fumée d'encens symbolise le souffle de Dieu qui insuffle la vie à l'homme. 
Pour les chrétiens, la dimension de l'encens est sacrée : il est une offrande faite au Christ par les rois mages et aussi  par Marie de Béthanie avec du nard précieux. L'encens favorise la vie spirituelle par ses vertus et sa symbolique. Son parfum âcre et mordant, interpelle l'âme, la secoue et incite l'homme à se dépasser. La fumée d'encens évoque les prières qui s'élèvent et son odeur est odeur de pureté voire de sainteté. 

Montaigne  résume les vertus de l'encens dans ses Essais : "Les odeurs me changent et agissent en mes esprits selon ce qu'elles sont ; qui me fait approuver ce qu'on dit, que l'invention des encens et parfums aux Eglises, si ancienne et répandue en toutes nations et religions, regarde à cela de nous réjouir, éveiller et purifier les sens pour nous rendre plus propres à la contemplation". 

L'islam est né au VIIème siècle dans "l'Arabie heureuse", appellation antique qui consacre le privilège de cette région où sont produites les résines d'Oliban et de Myrrhe. L'Islam a toujours prêté à l'encens une dimension sacrée mais aussi pratique et domestique, liée à une notion de pureté du corps et de l'âme. 

<

Rites Asiatiques

Les religions du continent asiatique ont développé l'usage de l'encens sous des formes originales et très variées. On y retrouve les mêmes motivations et usages déjà décrits pour l’Europe et l'Orient. Ainsi l'encens agit par le symbolisme de la fumée, la dimension sacrée de son odeur et la purification des fidèles. Une compréhension différente du fonctionnement du monde et de l'essence de l'Homme donne à l'encens un rôle supplémentaire : l'odeur des aromates et bois sacrés comme le santal ou le bois d'agar est un moyen de relier l'homme à sa dimension sacrée. C'est également une aide pratique qui favorise l'émergence d'un état d'éveil et qui l'accompagne sur le long chemin d'une discipline quotidienne, répétitive comme un entraînement physique mais qui concerne l'âme.

L'hindouisme a développé des usages et formes d'encens presque aussi variés qu'il compte de formes de cultes et de pratiques. Recherche d'effets de transe ou au contraire d'apaisement de l'esprit : la connaissance des plantes et de leurs effets a intégré diverses plantes comme le chanvre, le camphre, les extraits de fleurs ou le patchouli mais aussi le santal ou le bois d'agar. La connaissance des points d'énergie dans le corps a développé l'approche des chakras et de leur stimulation par certaines pratiques dont l'usage des encens. 

Dans le bouddhisme, les senteurs d'encens visent plutôt à favoriser le calme de l'esprit, à symboliser la pureté, l'harmonie, le chemin vers l'observation du monde et la sagesse du Bouddha.

Au début du XXème siècle et plus particulièrement dans les années 60 et 70 un vaste courant philosophique a pensé pouvoir annoncer l'avènement d'une nouvelle ère plus spirituelle pour l'Humanité le "New age". Les expressions multiformes de cette philosophie se sont transformées, synchrétisées et trouvent  au XXIème siècle une expression dans différents mouvements spirituels, centrées sur des valeurs de développement personnel. La méditation, le yoga, la prière, les savoirs ethniques et chamaniques, l'écoute de la Nature sont au cœur de ces pratiques. Il en va de même des encens dont l'usage y a toujours été associé.

<

L'encens en pratique dans la vie spirituelle

Force est de constater l'omniprésence de l'encens qui a accompagné pratiquement toutes les spiritualités depuis les origines de l'humanité. Mais comment se fait-il que son usage se soit généralisé ainsi ?
Voici quelques pistes qui forment autant de raisons pratiques de l'utiliser à l'heure actuelle, quelles que soient nos croyances.
L'encens se présente comme un médiateur utile pour s'ouvrir à une dimension indispensable à l'accomplissement de l'homme : sa dimension spirituelle, généralement négligée à notre époque matérialiste.
Il y a des raisons objectives à cela :  des raisons symboliques déjà évoquées ci-dessus, des raisons physiologiques et des raisons liturgiques.

Les raisons physiologiques :

L'apaisement des pensées est le préalable et le chemin des diverses pratiques de méditation. C'est un exercice difficile qui demande un long entrainement. Les senteurs boisées favorisent cet effet qui est mesurable par électroencéphalogramme. Le cerveau émet des ondes alpha, signe tangible d'une activité cérébrale apaisée.

La prière est un élan vers Dieu ou vers une dimension sacrée et en même temps c'est une libération des contingences de la vie profane. Les résines d'encens ont la vertu de libérer l'esprit de sa tendance à l'inquiétude, à la négativité ou à la défiance. Ses vertus psychotropes douces stimulent cette faculté de l'Homme de se tourner vers sa dimension transcendantale sacrée.

Les raisons liturgiques :

La pratique de la prière et de la méditation est indispensable au développement de la vie spirituelle. Cette pratique doit être régulière et quotidienne. La liturgie, autrement dit la préparation de cette activité spirituelle, aussi simple soit-elle, renforce la force d'habitude qui favorise la régularité et donc le progrès spirituel.
Le parfum agréable de l'encens agit aussi comme une récompense, un privilège que l'on se donne.
La durée de combustion du bâtonnet d'encens sert aussi à mesurer le temps de la séance. C'est le cas dans la méditation zen par exemple, avec des bâtonnets de 30, 45 minutes, 1 heure voire plusieurs heures, qui correspondent à des sessions de méditation de même durée.

Bien entendu, à chaque religion et pratique spirituelle correspond un encens et sa façon de l'utiliser. Cela explique la multitude de formes, matières, accessoires et usages liés à l'encens. Cette richesse culturelle est un ensemble fascinant mais aussi fragile qui fait partie du patrimoine mondial de  l'Humanité.

Haut