Masahiro Tsumita, Directeur de recherche Encens et contrôleur de qualité

Dans: Paroles de sages Posté le:

Parole de Sage : Masahiro Tsumita

Spécialisation : Ingénierie Agroalimentaire, Recherche et Qualité

« J'ai fait mes études d'ingénieur en Agroalimentaire à l'Université de Fukuyama. J'ai été recruté par Künjudo Co. Ltd en 1995 et directement affecté pour compléter ma formation en tant que chercheur dans la société de parfum Takasago Perfume Co. Ltd, ainsi que dans une entreprise de médicaments traditionnels naturels.

Je suis le directeur de la R&D de Kunjudo Co. Ltd depuis 2002. Mon travail consiste à développer de nouveaux procédés et de nouvelles compositions d'encens. Je suis également responsable du contrôle de la qualité.

L’encens au Japon

L'étymologie du mot parfum provient de "per fume". Nos ancêtres brûlaient en effet des bois odoriférants, des résines et des plantes, pour en tirer des parfums et des principes actifs. L'encens japonais nous est parvenu par la fameuse Route de la soie, en même temps que le Bouddhisme.

Dans les cérémonies bouddhistes, le rôle de l'encens est de créer une ambiance favorable. Ainsi le santal, le bois d'agar, le clou de girofle, la cannelle ont le pouvoir de calmer l'esprit. La plupart des ingrédients utilisés dans les encens sont également utilisés dans les médicaments traditionnels ou les épices. Plus tard, l'usage des encens à la Cour impériale s'est développé sous une forme plus créative et ludique et a donné naissance à des préparations et des mélanges personnalisés et secrets. C'est cet ensemble de savoir-faire, de pratiques et de traditions qui ont créé les encens modernes du Japon. C'est pourquoi, brûler un bâtonnet d'encens à notre époque est une véritable expérience qui nous relie à des siècles d'Histoire.

 

En compagnie des encens

Nos grands-parents brûlaient constamment du bois dans leur vie quotidienne, pour cuisiner, se chauffer, s'éclairer. L'odeur du bois et de la fumée accompagnaient chaque heure de leur vie à la maison et étaient une composante appréciée des activités quotidiennes, comme de faire chauffer l'eau du bain ou de faire griller le poisson.

Les Japonais aiment à vivre et célébrer le défilement des saisons avec leurs éléments symboliques et leurs odeurs :  à l'automne, l'odeur des feuilles mortes et du bois brûlé dans le jardin ; en hiver, celle du charbon de bois dans les chaufferettes (Hibachi) ; au printemps, les odeurs de cerisier et des fleurs des champs ; en été, l'odeur iodée de la mer. A notre époque où le feu a déserté nos habitations, brûler de l'encens permet de renouer avec ces odeurs ancestrales et avec la nature.

D'aucuns émettent l'hypothèse que la fumée est nocive pour l'homme. Nos ancêtres vivaient eux constamment en présence de feu et de fumée. En tant que scientifique et praticien, je suis convaincu que la fumée d'encens n'est pas nocive dans son usage courant et quotidien. Les bonzes et les employés des maisons d'encens au Japon utilisent quantité d'encens chaque jour depuis des générations. Je n'ai cependant jamais entendu parlé de ma vie de problème de santé lié à l'encens.

 

Son œuvre

Je suis fier d'avoir développé, avec mes partenaires français, la gamme d'encens Herbosense. Les encens de cette collection combinent les ingrédients traditionnels japonais et les herbes aromatiques et huiles essentielles occidentales. Nous avons créé des senteurs originales qui n'avaient jamais été développées jusque-là. Il nous a fallu plusieurs années d'essais, d'évolution des recettes et de mises au point pour arriver à ce résultat. Cette gamme d'encens est vraiment la synthèse de la tradition orientale et de l'aromathérapie à l'occidentale. »

 

Retrouvez nos gammes d’encens Japonais et Herbosense

Retrouvez les Paroles de Sages dans le livre Aromandise : Encens Bien-Être

Commentaires

Laissez votre commentaire

Haut